Insertion du projet

Une route bien intégrée dans son environnement naturel ou urbain

La future infrastructure traverse une zone de garrigue, espace riche en matière de biodiversité, aux franges de l’urbanisation actuelle ou prochaine. L’espace est irrigué par de nombreux ruisseaux, sensibles aux phénomènes météorologiques dits « épisodes cévenols », qui se traduisent par des risques forts de débordements voire de crues violentes. Nîmes et son agglomération ont payé récemment un lourd tribut.

Le Contournement Ouest de Nîmes est une nouvelle infrastructure. Une attention particulière est apportée à la réduction des impacts environnementaux.

- Agrandir l'image, .JPG 862Ko (fenêtre modale)

 Dans ce contexte, le projet se situe clairement dans la politique de développement durable du ministère de tutelle du maître d’ouvrage.
L’objectif premier des études techniques sera de limiter en amont (démarche Éviter Réduire Compenser) les impacts sur les milieux naturels ou urbains par des mesures d’évitement ou de réduction, et si nécessaire de prévoir des mesures de compensation. Par exemple, le tracé des variantes a été modifié pour éviter des zones riches en faune et flore.
Situé dans un secteur périurbain, le territoire du Contournement est composé de parcs d’activités, de zones résidentielles, d’espaces agricoles et naturels. Dans sa définition, c’est donc l’ensemble de ce territoire, multiple, que le projet prend en considération. Tous les tissus urbains et naturels impactés, présents et futurs, ont été étudiés et intégrés dans la réflexion de son dimensionnement. De nombreux enjeux économiques, sociaux et territoriaux sont ainsi pris en compte dans ce nouveau projet.

Un projet conçu en respect de l'environnement et des garrigues nîmoises.

- Agrandir l'image, .JPG 383Ko (fenêtre modale)

Garantir le fonctionnement hydraulique des espaces traversés

La transparence hydraulique sera garantie.

Le tracé préservera les zones d’expansion naturelle des crues.

Pour ne pas aggraver les risques d’inondations, les ouvrages hydrauliques de franchissement des rivières, ruisseaux ou fossés seront conçus de façon à garantir une transparence des écoulements naturels.

Pour compenser les nouvelles surfaces imperméabilisées de la route, la construction de bassins spécifiques d’orage pour retenir les eaux de ruissellement sera systématisée.

Le cycle de l’eau sera respecté.

Fossés étanches dans les zones sensibles, bassins de confinement des pollutions accidentelles, traitement des eaux avant rejet en milieu naturel… autant de mesures qui viendront protéger le périmètre rapproché des captages en eau potable et la préservation des cours d’eau

Exemple d'ouvrage destiné à préserver la transparence hydraulique de la nouvelle infrastructure.

- Agrandir l'image, .JPG 182Ko (fenêtre modale)

Préserver le cadre de vie des habitants

 

Atténuer les nuisances sonores:

L’aménagement du Contournement Ouest de Nîmes, induit des modifications de niveaux sonores. Les protections réglementaires seront donc mises en place selon les données des mesures de bruits, corrélées avec le trafic attendu.

L’objectif pour l’habitat riverain est :

  • niveau de bruit diurne (6h-22h) LAeq* ≤ 60dB(A)
  • niveau de bruit nocturne (22h-6h) LAeq* ≤ 55 dB(A)

Le projet prendra en compte la protection acoustique des riverains, avec la mise en place de buttes de terre ou de mur antibruit le long du tracé dans tous les secteurs bâtis exposés. Un traitement architectural et paysager (plantations d’accompagnement, modelage du terrain) sera aussi réalisé. Les protections sonores pourront être réalisées par isolation à la source (écrans au plus près des chaussées) et par la diminution des bruits émis grâce à des revêtements absorbants permettant des gains de 3 à 4 dB.

Simulation d'une solution possible de protection acoustique par écran

- Agrandir l'image, .JPG 309Ko (fenêtre modale)

La palette de protections variera en fonction du contexte. Elle contribuera à mettre en valeur la diversité paysagère du lieu.

Maintenir les continuités

Maintien ou reconstitution des accès et des chemins, voies communales, chemins DFCI (Défense de la Forêt Contre les Incendies), sentiers de randonnées…

Réservation des largeurs nécessaires pour les aménagements destinés aux transports en commun ou aux modes actifs.

 Rester attentif à la qualité de l’air

Les modifications de la qualité de l'air seront l'objet d'une attention particulière.
On peut supposer que la qualité de l’air devrait être globalement améliorée par la réduction des points de congestion à l’échelle de la zone urbaine, et notamment sur la RN106 actuelle.

- Agrandir l'image, .JPG 782Ko (fenêtre modale)

Protéger la faune et la flore

  • Évaluation au préalable les enjeux écologiques.
  • Réalisation d’inventaires faune/flore complets sur la totalité des emprises et aux abords immédiats du tracé.
  • Préservation de la végétation remarquable, et restauration de milieux naturels dans les secteurs dégradés.
  • Réduction des impacts en évitant les zones à fort enjeu environnemental.
  • Pose de clôtures le long de la voie dans les secteurs sensibles à la mise en service de l'infrastructure.
  • Aménagement de passages pour la faune sous la route, en concertation avec les représentants des chasseurs.
  • Valorisation écologique et paysagère des délaissés.
- Agrandir l'image, .JPG 0.9Mo (fenêtre modale)

Bien s’intégrer dans les paysages

Des talus adoucis pour améliorer l’insertion dans le site, et des modelages paysagers en réutilisant les matériaux excédentaires.Un équilibre entre les remblais et les déblais sera recherché.
Un traitement des formes des talus rocheux.
Un programme d’accompagnement paysager pour accélérer la cicatrisation des espaces traversés.
Un traitement architectural soigné des ouvrages d’art et des équipements routiers.

- Agrandir l'image, .JPG 780Ko (fenêtre modale)
- Agrandir l'image, .JPG 780Ko (fenêtre modale)
Diagnostic de la charte paysagère et environnementale des garrigues intercommunales de Nîmes Métropole, Agence Foléa-Gautier